LA PASSION DU MOYEN AGE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

LA PASSION DU MOYEN AGE

forum de passionnés
 
AccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
Calendrier de l’Avent Funko Pop Harry Potter 2021 à -50%
30 € 60 €
Voir le deal

 

 Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne.

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexis (Admin)
CONNETABLE
CONNETABLE
Alexis (Admin)


Masculin Nombre de messages : 912
Age : 51
Localisation : Finistère - Pen ar bed
Date d'inscription : 04/04/2007

Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. Empty
MessageSujet: Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne.   Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. Icon_minitimeJeu 12 Avr 2007 - 17:16

Comte de Vannes à partir de juillet 819, Nominoë est désigné missus imperatoris de Louis le Pieux et ducatus ipsius gentis des Bretons à partir de 831.

À la mort de ce dernier en 840 il soutient dans un premier temps Charles le Chauve puis revendique son indépendance, que Charles doit reconnaître vers 846 suite à la bataille de Ballon. Il s'empare de Nantes en 850, lance des raids sur le Bessin et l'Anjou.

Nominoë meurt invaincu le 7 mars 851 près de Vendôme, ayant pu conquérir le Maine et l'Anjou.

Contrairement à la croyance générale Nominoë n'a jamais porté le titre de roi (pourtant le chroniqueur médiéval Réginon de Prüm lui donne le titre de roi). Dans le cartulaire de Redon, il est tour à tour qualifié de duc des Bretons, de duc en Bretagne, de duc de toute la Bretagne, de prince de Bretagne et de prince de toute la Bretagne. C'est son fils et successeur Erispoë qui a le premier usé de ce titre, confirmé par Charles le Chauve après la bataille de Jengland. Avec Alain Barbe-Torte, on abandonnera le titre de roi et les souverains de Bretagne prendront le titre de brittonum dux.

Son nom en breton est Nevenoe. Dans son Histoire de la Bretagne, Arthur de La Borderie lui a décerné le qualificatif de Tad ar Vro, c'est-à-dire « père de la patrie ».

En français, la graphie Nominoé est aussi utilisée.


Ses origines
Certains le qualifient de « prince des Vénètes », mais c'est peut-être seulement en raison de sa fonction de comte de Vannes. D'autres pensent que s'il possédait beaucoup de biens familiaux dans la cité des Vénètes, il y ferait davantage de cadeaux à ses amis vénètes. Son nom, rare, a été rapproché du nom breton Nevenou, mais les noms sont parfois trompeurs, surtout à cette époque. On trouvait de nombreux Bernaardt en Basse-Bretagne mais ils n'étaient pas Francs, c'est-à-dire qu'ils n'avaient rien de germanique à part leur prénom. À contrario, les Geoffroy qui allaient bientôt devenir très nombreux en Europe, ne partageaient pas forcément les origines bretonnes de leur prénom. Plus tard, sur la base de généalogies imaginaires, on trouva à Nominoë des origines dans le Poher. D'autres ont situé ses origines à Dinan ou dans ses environs, sans doute en raison des bienfaits qu'il prodigua aux moines de Léhon, près de Dinan. Chez les Francs, Réginon de Prüm a raconté plus tard que Nominoë était fils d'un paysan enrichi par la découverte d'un trésor, thèse aussitôt reprise par les Francs d'Anjou de la famille Foulques (Plantagenêt) et leurs services de propagande cléricaux, mais c'était peut-être une malveillance.

Après la mort de Nominoë et l'assassinat de son fils Erispoë, leurs descendants réussissent brillamment à Rennes, toujours grâce à l'efficacité de leur cavalerie. Comme l'a révélé le conflit entre Gurvant et Pascweten en 875, les Vénètes n'avait pas de cavalerie digne de ce nom.

Autre indice, Renac, le domicile préféré de Nominoë se situait certes sur le territoire de la cité des Vénètes comme il convenait à un comte de Vannes, mais dans ses confins limitrophes de la cité des Riedones, juste à côté du lieudit « Roton » ou Conwoïon faisait construire une abbaye grâce au soutien actif de Nominoë. On sait combien Lambert tenait à Nantes, mais Nominoë ne tenait-il pas tout autant à Rennes. En 850, c'est d'abord de Rennes qu'ils sont venus s'emparer, juste avant de récidiver dans la foulée à Nantes. Leurs demeures respectives de Craon et de Renac n'étant pas très éloignées avec un bon cheval, on peut penser que ces deux cavaliers confirmés se rendaient visite à domicile pour parler politique. Renac faisait sûrement très campagne à côté de Craon, la ville antique avec son abbaye Saint-Clément et son prieuré, toutefois Conwoïon avait déjà bien compensé en faisant construire l'abbaye Saint-Sauveur sur le chantier du lieudit « Roton ».

Sources : Wikipedia

_________________
Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. Aideetaction
http://www.aide-et-action.org/
Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. _wsb_535x74_Banni$C3$A8re+Editions+du+Riez+
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexislorens.fr
Alexis (Admin)
CONNETABLE
CONNETABLE
Alexis (Admin)


Masculin Nombre de messages : 912
Age : 51
Localisation : Finistère - Pen ar bed
Date d'inscription : 04/04/2007

Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. Empty
MessageSujet: Re: Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne.   Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. Icon_minitimeJeu 12 Avr 2007 - 17:17

Erispoë succède à son père à la tête de la Bretagne en 851 et affronte victorieusement Charles II le Chauve le 22 août 851 à Jengland-Beslé près de la Vilaine. Il rencontre Charles II le Chauve à Angers dans les jours qui suivent la bataille et un accord de paix est conclu moyennant la reconnaissance de l'indépendance et des concessions territoriales.

Le titre de duc de son père est alors remplacé par celui de roi dans plusieurs actes (cartulaire de Redon en 854 ou diplôme pour une église en 855). On sait que cela est dû a une reconnaissance par le co-empereur Charles II grâce à la décision inverse qui a été conservée. En juin 877, partant en campagne en Italie, Charles laisse des instructions mentionnées dans le capitulaire de Quierzy :« Pour ce qui est du titre de royaume accordé aux Bretons par nécessité, et confirmé par serment, nos fidèles sont dispensés de le reconnaître parce qu'il n'y a plus de descendants de ceux auxquels il fut concédé », donc nécessairement Erispoë et Salaün.

En 853, comme en 843, la ville de Nantes est de nouveau pillée par les Normands, Erispoë leur fait la guerre, laquelle se termine par le départ des Normands vers 855.

Erispoë traite d'égal à égal avec son « très aimé compère Charles, roi de France ». En 856, il est question de marier Louis le bègue fils de Charles avec une fille d'Erispoë. Au traité de Louviers, « Erispoë donn[e] le royaume de Neustrie à Louis, fils du roi, et il établit ce prince pour régner sur cette contrée ». Le mariage ne se fait pas et cette maladresse est peut être une des raisons du mécontentement et du complot qui entraîne sa mort.

Son règne s'acheve en novembre 857 par son assassinat sur l'autel d'une église, donc un lieu d'asile, par son successeur et cousin Salaün aidé de Alcmar, évêque de Nantes.

Erispoë était marié à Marmohec et avait au moins deux enfants, un fils nommé Conan et une fille.

_________________
Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. Aideetaction
http://www.aide-et-action.org/
Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne. _wsb_535x74_Banni$C3$A8re+Editions+du+Riez+
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexislorens.fr
 
Nominoë & Erispoë, rois de Bretagne.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PASSION DU MOYEN AGE :: LES POINTS CLES :: LES GRANDS PERSONNAGES :: LES PERSONNES ROYALES-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser