LA PASSION DU MOYEN AGE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

LA PASSION DU MOYEN AGE

forum de passionnés
 
AccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
-21%
Le deal à ne pas rater :
Grosse promo sur PC Portable Gamer – LENOVO Legion 5 15ACH6H – ...
950 € 1199 €
Voir le deal

 

 LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460)

Aller en bas 
AuteurMessage
Alexis (Admin)
CONNETABLE
CONNETABLE
Alexis (Admin)


Masculin Nombre de messages : 912
Age : 51
Localisation : Finistère - Pen ar bed
Date d'inscription : 04/04/2007

LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460) Empty
MessageSujet: LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460)   LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460) Icon_minitimeMer 4 Avr 2007 - 15:22

La Farce de Maître Pathelin
Anonyme

vers 1460

Scène première
Maître Pierre
commence

Sainte Marie, Guillemette,
pour quelque peine que je mette
à cabasser n'a ramasser,
nous ne pouvons rien amasser.
Or vis-je que j'avocassais.

Guillemette

Par Notre Dame, j'y pensais,
dont on chante, en avocassage.
mais on ne vous tient pas si sage
des quatre parts comme on soulait.
Je vis que chacun vous voulait
avoir pour sa gagner sa querelle.
Maintenant chacun vous appelle
partout "avocat dessous l'orme".

Pathelin

Encor ne le dis-je pas pour me
Vanter, mais n'a au territoire
Où nous tenons notre auditoire
Homme plus sage, fors le maire.

Guillemette

Aussi a il lu le gramaire
Et appris à clerc longue pièce.

Pathelin

A qui vez-vous que ne dépièce
sa cause si je m'y veux mettre ?
Et si n'appris oncques à lettre
qu'un peu, mais je m'ose vanter
que je sais aussi bien chanter
au livre avec notre prêtre
que si j'eusse été à maître
autant que Charles en Espagne.

Guillemette

Que nous vaut ceci ? Pas empagne.
Nous mourons de fine famine,
nos robes sont plus qu'étamine
reses, et ne pouvons savoir
comment nous en pussions avoir.
Et, que nous vaut votre science ?

Pathelin

Taisez-vous. Par ma conscience,
si je veux mon sens éprouver,
je saurai bien où en trouver,
des robes et des chaperons.
Si Dieu plaît, nous échapperons
et serons remis sus en l'heure.
Déa ! en peu d'heure Dieu labeure.
S'il esconvient que je m'applique
à bouter avant ma pratique,
on ne saura trouver mon pair.

Guillemette

Par saint Jacques, non de tromper.
Vous en êtes un fin droit maître.

Pathelin

Par celui Dieu qui me fit naître,
Mais de droite avocasserie.

Guillemette

Par ma foi, mais de tromperie.
Combien vraiment je m'en avise,
quand à vrai dire sans clergise
et sans sens naturel, vous êtes
tenu l'une des chaudes têtes
qui soit en toute la paroisse.

Pathelin

Il n'y a nul qui se connoisse
si haut en avocation.

Guillemette

M'aïst Dieu, mais en trompation !
Au moins en avez-vous le los.

Pathelin

Si ont ceux qui de camelos
sont vêtus et de camocas,
qui disent qu'ils sont avocats
mais pourtant ne le sont-ils mie.
Laissons en paix cette baverie.
Je veux m'en aller à la foire.

Guillemette

A la foire ?

Pathelin

Par saint Jean, voire.
"A la foire, gentil' marchande..."
Vous déplaît-il si je marchande
du drap, ou quelque autre suffrage
qui soit bon pour notre ménage ?
Nous n'avons robe qui rien vaille.

Guillemette

Vous n'avez ni denier ni maille ;
Qu'y ferez-vous ?

Pathelin

Vous ne savez,
belle dame. Si vous n'avez
du drap pour nous deux largement,
si me démentez hardiment.
Quel' couleur vous semble plus belle,
d'un gris vair, d'un drap de Bruxelle,
ou d'autre ? Il le me faut savoir.

Guillemette

Tel que vous le pourrez avoir :
qui emprunte ne choisit mie.

Pathelin

Pour vous, deux aunes et demie,
et pour moi trois, voire bien quatre,
ce sont...

Guillemette

Vous comptez sans rabattre.
Qui diable vous les prêtera ?

Pathelin

Que vous en chaut qui ce fera ?
On les me pretera vraiment
à rendre au jour du jugement,
car plus tôt ne sera-ce point.

Guillemette

Avant, mon ami : en ce point
quel que soit en sera couvert.

Pathelin

J'achèterai ou gris ou vert,
et pour un blanchet, Guillemette,
me faut trois quartiers de brunette,
ou une aune.

Guillemette

Si m'aïst Dieu, voire.
Allez ; n'oubliez pas à boire
si vous trouvez Martin Garant.

Pathelin

Gardez tout.

Guillemette

Hé, Dieu, quel marchand...
plût à Dieu qu'il n'y vît goutte.

Scène 2

Pathelin
N'est-ce pas y là ? j'en fais doute.
Et, si est, par sainte Marie,
il se mêle de draperie.
Dieu y soit !
Guillaume Joceaulme, drapier

Et Dieu vous doint joie.

Pathelin

Or ainsi m'aïst Dieu que j'avoie
de vous voir grande volonté.
Comment se porte la santé ?
Êtes-vous sain et dru, Guillaume ?

Le Drapier

Ouï, par Dieu.

Pathelin

Çà, cette paume !
Comment vous va ?

Le Drapier

Et bien, vraiment,
à votre bon commandement.
Et vous ?

Pathelin

Par saint Pierre l'apôtre,
comme celui qui est tout vôtre.
Ainsi vous ébatez ?

Le Drapier

Et voire !
Mais marchands, ce devez-vous croire,
Ne font pas toujours à leur guise.

Pathelin

Commente se porte marchandise ?
S'en peut-on ni soigner ni paître ?

Le Drapier

Et, si m'aïst Dieu, mon doux maître,
je ne sais ; toujours hay avant !

Pathelin

Ha, qu'était un homme savant,
je requiers Dieu qu'il en ait l'âme,
de votre père. Douce Dame !
Il m'est avis tout clairement
que c'est il de vous proprement.
Qu'était-ce un bon marchand, et sage !
Vous lui ressemblez de visage,
par Dieu, comme droite peinture.
Si Dieu eût oncq de créature
merci, Dieu vrai pardon lui fasse
à l'âme.

Le Drapier

Amen ! par sa grâce,
et de nous quand il lui plaira.

Pathelin

Par ma foi, il me déclara
maintes fois et bien largement
le temps qu'on voit présentement.
moult de fois m'en est souvenu.
Et puis lors il était tenu
un des bons.

Le Drapier

Séez-vous, beau sire.
Il est bien temps de vous le dire,
mais je suis ainsi gracieux.

Pathelin

Je suis bien. Par le corps précieux,
il avait...

Le Drapier

Vraiment, vous serrez !

Pathelin

Volontiers. "Ha, que vous verrez",
qu'il me disait, "de grand's merveilles !"
Ainsi m'aïst Dieu que des oreilles,
du nez, de la bouche et des yeux,
oncq enfant ne ressembla mieux
à père. Quel menton fourché !
Vraiment c'êtes vous tout poché !
Et qui dirait à votre mère
que ne fussiez fils [de] votre père,
ïl aurait grand' faim de tancer.
Sans faute, je ne puis penser
comment nature en ses ouvrages
forma deux si pareils visages,
et l'un comme l'autre taché.
Car, quoi ! qui vous aurait craché
tous deux encontre la paroi,
d'une manière et d'un arroi,
si seriez-vous sans différence.
Or sire, la bonne Laurence,
votre belle [t]ante, mourut-elle ?

Le Drapier

Nenni, déa !

Pathelin

Que la vis-je belle et grande et droite et gracieuse. Par la mère Dieu précieuse, vous lui ressemblez de corsage comme qui vous eût fait de naige. En ce pays n'a, ce me semble, Lignage qui mieux se ressemble. Tant plus vous vois... Par Dieu le père, vez-vous là, voyez votre père. Vous lui ressemblez mieux que goutte d'eau, je n'en fais nulle doute. Quel vaillant bachelier c'était. Le bon prud'homme, et si prêtait ses denrées [à] qui les voulait. Dieu lui pardonne ! Il me soulait toujours de si très bon cœur rire. Plût à Jésus-Christ que le pire de ce monde lui ressemblât. On ne tollît pas ni n'emblât l'un à l'autre comme l'en fait. Que ce drap-ici est bien fait, qu'est-il souëf, doux et traitis !

Le Drapier

Je l'ai fait faire tout faitis ainsi, des laines de mes bêtes.

Pathelin

Enhen, quel ménager vous êtes. Vous n'en istriez pas de l'orine du père ; votre corps ne fine toujours, toujours de besogner.

Le Drapier

Que voulez-vous ? Il faut [be]sogner, qui veut vivre, et soutenir peine.

Pathelin

Celui-ci est-il teint en laine ? Il est fort comme un cardouin.

Le Drapier

C'est un très bon drap de Rouen, je vous promets, et bien drapé.

Pathelin

Or vraiment j'en suis attrapé, car je n'avais intention d'avoir drap, par la passion de notre Seigneur, quand je vins. J'avais mis à part quatre-vingts écus, pour retraire une rente, mais vous en aurez vingt ou trente, je le vois bien, car la couleur m'en plaît très tant que c'est douleur.

Le Drapier

Écus ? Voir ! Se pourrait-il faire que ceux dont vous devez retraire cette rente prissent monnaie ?

Pathelin

Et ouï bien si je voulais : tout m'en est un en paiëment. Quel drap est-ce ci ? Vraiëment, tant plus le vois et plus m'assotte. Il m'en faut avoir une cotte, bref, et à ma femme de même.

Le Drapier

Certes, drap est cher comme crème. Vous en aurez, si vous voulez : dix ou vingt francs y sont coulés si tôt.

Pathelin

Ne me chaut ; coûte et vaille encor' ai-je denier et maille qu'onq ne virent père ni mère.

Le Drapier

Dieu en soit loué. Par saint Père, il ne m'en déplaîrait en pièce.

Pathelin

Bref, je suis gros de cette pièce ; il m'en convient avoir.

Le Drapier

Or bien, Il convient aviser combien vous en voulez, premièrement ; tout à votre commandement, quand qu'il en y a en la pile, et n'eussiez-vous ni croix ni pile.

Pathelin

Je le sais bien, votre merci.

Le Drapier

Voulez-vous de ce pers clair-ci ?

Pathelin

Avant, combien me coûtera la première aune ? Dieu sera payé des premiers, c'est raison : voici un denier, ne faisons rien qui soit où Dieu ne se nomme.

Le Drapier

Par Dieu, vous ditez que bon homme, et m'en avez bien réjoui. voulez-vous à un mot ?

Pathelin

Ouï.

Le Drapier

Chacune aune vous coûtera vingt et quatre sols.

Pathelin

Non fera. vingt et quatre sols ? sainte Dame !

Le Drapier

Il le m'a coûté, par cette âme. Autant m'en faut, si vous l'avez.

Pathelin

Déa, c'est trop.

Le Drapier

Ha, vous ne savez comment le drap est enchéri. trestout le bétail est péri cet hiver par la grand' froidure.

Pathelin

Vingt sols, vingt sols !

Le Drapier

Et je vous jure que j'en aurai ce que je dis. Or attendez à samedi : vous verrez que vaut. La toison dont il soulait être foison me coûta, à la Madeleine, huit blancs, par mon serment, de laine que je soulais avoir pour quatre.

Pathelin

Par le sang bieu, sans plus débattre, puisqu'ainsi va, donc je marchande. Sus, aunez !

Le Drapier

Et je vous demande combien vous en faut-il avoir ?

Pathelin

Il est bien aisé à savoir : quel lé a il ?

Le Drapier

Lé de Bruxelle.

Pathelin

Trois aunes pour moi, et pour elle, elle est haute, deux et demie ; ce sont six aunes, ne sont mie ? Et, non sont ; que je suis béjaune.

Le Drapier

Il ne s'en faut que demie aune pour faire les six justement.

Pathelin

J'en prendrai six tout rondement ; aussi me faut-il chaperon.

Le Drapier

Prenez là, nous les aunerons. Si sont-elles ci sans rabattre. empreu, et deux, et trois, et quatre, et cinq, et six.

Pathelin

Ventre saint Pierre. Ric à ric. Le Drapier

Aunerai-je arrière ?

Pathelin

Nenni, de par une longaine. Il y a ou plus perte ou plus gagne en la marchandise. Combien monte tout ?

Le Drapier

Nous le saurons bien : à vingt et quatre sols chacune, les six, neuf francs.

Pathelin

Hein, c'est pour une. Ce sont six écus.

Le Drapier

M'aïst Dieu, voire.

Pathelin

Or sire, les voulez-vous croire jusques à ja quand vous viendrez ? Non pas croire : vous les prendrez A mon huis en or ou monnaie.

Le Drapier

Notre Dame, je me tordrais de beaucoup à aller par là.

Pathelin

Hé, votre bouche ne parla depuis, par Monseigneur saint Gille, qu'el' ne disait pas évangile. C'est très bien dit : vous vous tordriez. C'est cela, vous ne voudriez jamais trouver nulle achoison de venir boire en ma maison ; or y boirez-vous cette fois.


Le Drapier

Et, par saint Jacques, je ne fais guères autre chose que boire. J'irai, mais il fait mal d'accroire, ce savez-vous bien, à l'étrenne.


Pathelin

Suffît-il si je vous étrenne d'écus d'or, non pas de monnaie ? et si mangerez de mon oie, par Dieu, que ma femme rôtit.


Le Drapier

Vraiment, cet homme m'assotit. Allez devant. Sus, j'irai donc et le porterai.


Pathelin

Rien quiconque. Que me grèvera il ? Pas maille sous mon aisselle.


Le Drapier

Ne vous chaille. Il vaut mieux, pour le plus honnête, que je le porte.


Pathelin

Mal fête m'envoie sainte Madeleine si vous en prenez ja la peine. C'est très bien dit : dessous l'aisselle. ceci m'y fera une belle bosse. Ha, c'est très bien allé. Il y aura bu et galé chez moi ains que vous en alliez.


Le Drapier

Je vous prie que vous me bailliez mon argent dès que j'y serai.


Pathelin

Ferai. Et par Dieu, non ferai que n'ayez pris votre repas très bien ; et si ne voudrais pas avoir sur moi de quoi payer. Au moins viendrez-vous essayer quel vin je bois. Votre feu père en passant, huchait bien : "Compère" ou "Que dis-tu ?"; ou "Que fais-tu ?" Mais vous ne prisez un fétu, entre vous riches, pauvres hommes.

Le Drapier

Et par le saint sang bieu, nous sommes plus pauvres.


Pathelin

Ouais, à Dieu, à Dieu. Rendez-vous tantôt audit lieu et nous boirons bien, je m'en vante.


Le Drapier

Si ferai-je. Allez devant, et que j'aie or.


Pathelin

Or, et quoi donc ? Or, diable, je n'y faillis oncques. Non, or ! qu'il puisse être pendu ! En, dea. Il ne m'a pas vendu à mon mot ; ç'a été au sien, mais il sera payé au mien. Il lui faut or, on le lui fourre. Plût à Dieu qu'il ne fît que courre sans cesser, jusqu'à fin de paye. Saint Jean, il ferait plus de voie qu'il n'y a jusqu'à Pampelune.


Le Drapier

Ils ne verront soleil ni lune, les écus qu'il me baillera, de l'an, qui ne les m'emblera. Or n'est-il si fort entendeur qui ne trouve plus fort vendeur. Ce trompeur-là est bien béjaune, quand pour vingt et quatre sols l'aune a pris drap qui n'en vaut pas vingt.

_________________
LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460) Aideetaction
http://www.aide-et-action.org/
LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460) _wsb_535x74_Banni$C3$A8re+Editions+du+Riez+
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexislorens.fr
 
LA FARCE DE MAITRE PATHELIN (vers 1460)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PASSION DU MOYEN AGE :: LITTERATURE :: TEXTES D'EPOQUE-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser