LA PASSION DU MOYEN AGE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

LA PASSION DU MOYEN AGE

forum de passionnés
 
AccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -40%
Grosse promo sur les Baskets Nike Air Max 2090
Voir le deal
89.98 €

 

 Les bibliothèques princières (fiche de cours)

Aller en bas 
AuteurMessage
Maud
MEMBRE D'HONNEUR
MEMBRE D'HONNEUR
Maud


Féminin Nombre de messages : 757
Age : 37
Localisation : Auriol
Date d'inscription : 11/09/2007

Les bibliothèques princières (fiche de cours) Empty
MessageSujet: Les bibliothèques princières (fiche de cours)   Les bibliothèques princières (fiche de cours) Icon_minitimeVen 21 Mar 2008 - 0:49

L’historien intervient en recherchant un thème commun à travers une ou plusieurs bibliothèques. Ici, l’exemple choisit sera le personnage d’Alexandre le Grand dans les bibliothèques de la cour de Bourgogne, cœur de la vie culturelle et politique. Il faut noter que la cour de Bourgogne est itinérante : Lille, Bruges, Dijon, ainsi que plusieurs autres petites cours comme en Flandres, aux Pays Bas… Cette diversité est à la fois un obstacle à un examen mais c’est aussi ce qui fait sa richesse : les bibliothèques sont différentes en fonction du contexte politique.
Philippe le Bon et Charles le Téméraire donnent une place de choix à Alexandre dans la librairie de Bourgogne grâce à deux auteurs : Jean Vauquelin avec son Histoire du roi Alexandre, puis Quinte Curce avec le De rebus gestis Alexandri magni et sa traduction par Vasque de Lucène. Il s’agit de deux beaux livres qui établissent de manière didactique un lien entre le duc et Alexandre : le duc est le nouvel Alexandre. Ce dernier devient un personnage clé dans la théorisation du pouvoir.
On peut apprécier ce phénomène à partir de rares inventaires de bibliothèques et de leurs reconstitutions. On voit que l’entourage immédiat du prince et ses conseillers possèdent des ouvrages consacrés à Alexandre. Ils sont inscrits dans un cercle qualifié de chevaleresque et courtois. On doit tout de même vérifier si cet engouement se retrouve également chez les élites urbaines. Il semble qu’elles aient une image plutôt négative du personnage d’Alexandre.


I Les collections modestes

A Les sources
Elles sont limitées, dispersées et donc lacunaires. Ils existent peu d’inventaires et ils sont généralement incomplets, sans classement et ne montrent qu’un nombre limité d’œuvres. Ils reflètent néanmoins les goûts mais aussi la fortune des particuliers. On voit qu’il existe de nombreux mouvements dans les bibliothèques. Ces dernières s’enrichissent par achat, par copie ou par la reprise d’un fond. Les manuscrits peuvent être offerts, légués, revendus ou mis en gage. En revanche on ne sait pas si tous ont été lus…
Il est difficile de comparer les manuscrits et les inventaires surtout qu’une partie des collectionneurs échappent aux investigations comme par exemple la petite noblesse ou les officiers de second rang. Même pour les proches du duc l’exercice est ardu. Il faut noter que les relations entre bibliophiles sont complexes. Les livres peuvent aussi avoir un usage politique : par exemple, le duc prête des livres aux grands seigneurs et officiers de premier rang.

B Les bibliophiles épisodiques
Concernant les bibliothèques modestes, on constate que les inventaires sont perdus et qu’elles ne sont pas reconstituées. Quelles sont les motivations de ces bibliophiles ? Souvent il n’y a ni tradition familiale, ni d’éducation littéraire. Ils bénéficient sûrement du climat de la cour : contact avec les bibliophiles et les auteurs.
On constate que la place du personnage d’Alexandre est variable : Evrart Van Soudenbach et Guillaume de la Beaune possèdent chacun une bible historiée où Alexandre n’est pas sous son meilleur jour ; de même Jean de Wavrin ne lui voue pas non plus un intérêt particulier. Le personnage se retrouve uniquement dans un recueil. En revanche, Wolfart de Borsele possède une traduction en français de Valère Maxime (copie exécutée pour lui). Mais les manuscrits isolés restent difficiles à interpréter.
On sait néanmoins qu’un beau manuscrit se copie et se diffuse plus facilement. De même, Antoine de Bourgogne fait exécuter des copies de Quinte Curce pour ses courtisans. Toutefois, on ne connaît pas les propriétaires de tous les manuscrits.


II Les belles bibliothèques

Elles sont connues car les collections ont parfois subsistées. On trouve alors le nom de grands personnages comme Antoine de Bourgogne et Louis de Briges, ou de grandes familles : les Croy, les Lalaing…

A Les collections incomplètes
Il est impossible de déterminer avec précision la place d’Alexandre. Philippe de Clèves possède le cinquième exemplaire de l’Histoire d’Alexandre de Vauclin ainsi qu’un exemplaire que Quinte Curce ; deux problèmes subsistent : on ne connaît pas l’ampleur de sa bibliothèque et on ne sait pas si toute la famille s’intéresse au personnage. Concernant les Croy, on a du mal à déterminer ce qui appartient à chaque membre : Antoine le Grand, Jean, Philippe et Charles sont tous bibliophiles. On trouve plusieurs ouvrages très variés, datant du XIIIe au XVe siècle, faisant référence à Alexandre. A travers cette collection, on voit un progrès de l’engouement pour ce personnage. Si l’on se réfère à la famille Rollin, il semble qu’il n’existe pas un intérêt particulier pour Alexandre, peut être cela vient-il notamment du fait que Jean Rollin est un homme d’église.

B Les collections avec quelques références à Alexandre
Raphaël de Mercatelle est un amateur de beaux livres mis ne suit pas la mode en ce qui concerne Alexandre. On retrouve le personnage mais il n’a pas le premier rôle. Pour mieux comprendre ce phénomène, il faut prendre en compte ses fonctions : les clercs n’offrent qu’une place médiocre à Alexandre.
On constate alors que le milieu social a parfois plus d’importance que le milieu politique. On peut prendre l’exemple de Jeanne de Chalon. Sa bibliothèque comprend un Roman d’Alexandre en français ; bien qu’appartenant à la haute noblesse des Armagnacs, elle s’inscrit dans la mouvance politique bourguignonne car plus proche géographiquement.

C Les collections où plusieurs œuvres sont consacrées à Alexandre
Considérons en premier les membres de la famille ducale. Antoine, grand bâtard de Bourgogne, possède au total huit manuscrits où figure Alexandre. Son fils y ajoute un ouvrage : les Antiquités Judaïques.
En un deuxième temps, on peut voir les grands seigneurs. Certains interviennent de manière décisive comme Jean II qui joue un rôle de propagandiste. C’est lui qui commande à Vauquelin l’Histoire du roi Alexandre. En outre, lors de la cérémonie des vœux à Arras, il accorde à Alexandre une place centrale. Il en va de même pour Jean de Calabre : le fils du roi René demande à Vasque de Lucène la traduction de Quinte Curce, qu’il reprend. Mais le bibliophile le plus emblématique est Louis de Bruges. Il possède la plus importante bibliothèque après le duc. Il s’intéresse à la fois à la tradition antique et à cette nouvelle mode princière. Il complète sa collection de nombreux manuscrits dont certains ayant appartenus à Charles V. On note que le programme iconographique est légèrement différent que les programmes princiers.


On constate qu’aucune bibliothèque bourguignonne ne possède tous les exemplaires. On remarque également une double tradition qui dessine un portrait d’Alexandre nuancé, avec de nombreuses contradictions. Néanmoins, la fascination est certaine.
En outre, le fait de posséder des œuvres récentes n’est pas forcément un choix personnel ou un choix dicté par la mode : il s’agit plutôt d’un indice du rôle des bibliophiles à la cour et de leur degrés d’implication dans les réformes politiques ducale
Revenir en haut Aller en bas
http://www.motsprecieux.fr/
Maud
MEMBRE D'HONNEUR
MEMBRE D'HONNEUR
Maud


Féminin Nombre de messages : 757
Age : 37
Localisation : Auriol
Date d'inscription : 11/09/2007

Les bibliothèques princières (fiche de cours) Empty
MessageSujet: Re: Les bibliothèques princières (fiche de cours)   Les bibliothèques princières (fiche de cours) Icon_minitimeMar 31 Mar 2009 - 18:38

D'après un cours de madame Raynaud

_________________
Enluminure pour illuminée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.motsprecieux.fr/
 
Les bibliothèques princières (fiche de cours)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PASSION DU MOYEN AGE :: APPROCHE THEMATIQUE :: LA SOCIETE :: VIE CIVILE-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser