LA PASSION DU MOYEN AGE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

LA PASSION DU MOYEN AGE

forum de passionnés
 
AccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -25€ dès 299€ d’achat
Voir le deal

 

 La conquête de Majorque par Jaume Ier

Aller en bas 
AuteurMessage
Maud
MEMBRE D'HONNEUR
MEMBRE D'HONNEUR
Maud


Féminin Nombre de messages : 757
Age : 37
Localisation : Auriol
Date d'inscription : 11/09/2007

La conquête de Majorque par Jaume Ier Empty
MessageSujet: La conquête de Majorque par Jaume Ier   La conquête de Majorque par Jaume Ier Icon_minitimeMer 10 Mar 2010 - 9:33

Le Royaume de Majorque, conquis par Jacques Ier en 1229 est un exemple flagrant de l’intérêt historique d’une région. L’historien Robert Vinas revient sur cette page d’histoire. Souvent délaissée au profit de l’histoire nationale, l’étude des régions garde en effet tout son intérêt notamment en Histoire médiévale. Non seulement parce que l’idée de "Nation" renvoie à la modernité et à notre monde contemporain -la "Nation" telle qu’on la conçoit est donc un concept tardif, inexistant à l’époque médiévale ; mais aussi parce que l’histoire régionale n’en reste pas moins liée aux grands mouvements ayant touché les civilisations.

Like a Star @ heaven http://www.canalacademie.com/ida1371-La-conquete-de-Majorque-par-Jaume.html Like a Star @ heaven lien audio


A. et R. Vinas, La conquête de Majorque, SASL des Pyrénées orientales

Table des matières :

Livre I : Le Livre des Faits de Jaume le Conquérant

Livre II : La Chronique de Bernat Desclot

Livre III : Textes et documents annexes
- Les Baléares musulmanes
- La Chronique latine de Pere Marsili (extraits)
- La Chronique de Ramon Muntaner (extrait)
- Actes et documents officiels
- Notices biographiques des principaux protagonistes

Conclusion générale : Mythe et iconographie du roi Jaume

D'après le site de l'éditeur :

Jaume Ier roi d’Aragon, comte de Barcelone et seigneur de Montpellier, est né en 1208 de Pere Ier le Catholique et de Marie de Montpellier. Il est confié à trois ans à Simon de Montfort dont il doit épouser la fille, mais la défaite et la mort de son père à Muret en 1213 en font un otage. Il est bientôt libéré, mais son jeune âge le rend vulnérable aux luttes d’influence entre grands barons. Au terme d’une jeunesse agitée, protégée par les Templiers mais marquée par d’incessantes guerres féodales, il décide à vingt ans de signaler enfin son indépendance par un fait d’armes éclatant : après un échec devant Peniscola en 1225, il opte en 1228-1229 pour la conquête de Majorque.

Après une campagne et un siège de quatre mois, la cité est prise le 31 décembre 1229, mais il faudra attendre 1232 pour que soient réduits les derniers foyers de résistance sarrasins et qu’Eivissa soit prise à son tour ; quant à Minorque, elle a habilement négocié un traité de protectorat, qui la mettra à l’abri des convoitises chrétiennes jusqu’en 1285. Une fois organisé le repeuplement des nouvelles terres, le nouveau roi de Majorque se tourne alors vers Valence, qu’il emporte en 1238, Xàtiva et Biar (1244-1245) et enfin Murcie (1266), qu’il donne à son gendre Alphonse X le Sage de Castille. Ces conquêtes prestigieuses lui valent le surnom de « Conquérant ». Mais le grand objectif de sa vie, la croisade en Orient, lui échappera toute sa vie : il ne sera pas un autre saint Louis.

Cette orientation de sa politique vers le sud et la Méditerranée l’empêche de s’opposer à l’influence grandissante du roi de France, avec lequel il signe en 1258 le traité de Corbeil qui fixe la frontière sur les Corbières. Mais le mariage de son fils Pere avec Constance de Sicile ouvrira plus tard la Méditerranée à la domination catalane. Dans son testament, il lègue à Pere la partie continentale de ses possessions (Catalogne, Aragon et Valence), tandis qu’il donne à son fils cadet Jaume le Roussillon, Majorque et Montpellier : ce royaume de Majorque durera de 1276 à 1344.

Jaume Ier meurt à Valence en juillet 1276. Après nombre de vicissitudes, sa dépouille repose à présent dans le monastère cistercien de Poblet en Catalogne.

_________________
Enluminure pour illuminée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.motsprecieux.fr/
Maud
MEMBRE D'HONNEUR
MEMBRE D'HONNEUR
Maud


Féminin Nombre de messages : 757
Age : 37
Localisation : Auriol
Date d'inscription : 11/09/2007

La conquête de Majorque par Jaume Ier Empty
MessageSujet: Re: La conquête de Majorque par Jaume Ier   La conquête de Majorque par Jaume Ier Icon_minitimeMer 10 Mar 2010 - 9:35

"Histoire de Majorque" sur wiki :

La présence humaine à Majorque remonte à la préhistoire. On a retrouvé des tombes et traces d'habitations datant du néolithique, soit 6000 à 4000 ans avant Jésus-Christ. L'île jamais fut occupée par les Carthaginois avant d'être conquise en l'an 123 avant J.-C. par Quintus Caecilius Metellus – qui reçut le surnom de Balearicus – et de passer sous l'autorité de Rome. La période romaine fut favorable, et vit la fondation de Pollentia (Alcúdia) et Palmaria (Palma). L'économie reposait sur la culture de l'olivier, de la vigne et sur la production de sel.

Les Vandales mirent les îles Baléares à sac en 425 ou 426 et les annexèrent à leur royaume en 465. En 534, à l'occasion de l'effort de reconquête de l'Empire romain d'Occident par Justinien, le général Bélisaire regagna l'archipel pour le compte de Byzance. Pendant la période de domination byzantine, le christianisme y fut florissant et de nombreuses églises furent construites. Cependant, à partir de 707 commencèrent des raids maritimes menés par les musulmans à partir des côtes d'Afrique du Nord.

Ces attaques se poursuivirent jusqu'à ce que, finalement, en l'an 903, Majorque tombe sous la domination de l'émir Omeyade d'Espagne. Selon les chroniques de l'époque, le château d'Alaró fut le dernier bastion tenu par les chrétiens. Sous la domination musulmane, une civilisation brillante se développa qui fit de Palma, devenue Madina Mayurqa un centre culturel important. L'île connut une période de grande prospérité. Les musulmans développèrent l'agriculture irriguée et l'artisanat local. Lors de la décomposition du califat de Cordoue en 1015, Majorque releva tout d'abord du royaume de Denia avant de devenir, entre 1087 et 1114 un des nombreux royaumes dits Taifas.

En 1114, à la suite d'actes de piraterie menés à partir de Majorque contre les navires chrétiens en Méditerranée, une armée coalisée de Pisans, de Provençaux et de Catalans débarqua à Majorque, mit le siège devant Palma pendant huit mois, prit la ville et la saccagea. Mais, pendant l'absence de Raimond-Bérenger III de Barcelone, les Pisans s'enfuirent lorsque apparurent des secours envoyés par les Almoravides d'Afrique du Nord. Ceux-ci gouvernèrent jusqu'en 1203, puis furent remplacés par les Almohades jusqu'en 1229. En 1208, les Almohades nommèrent gouverneur un certain Abú Yahya, lequel se comporta de façon quasiment indépendante, reconnaissant toutefois une soumission de pure forme à l'émirat central almohade.

Les actes de piraterie avaient repris, ce qui détermina les cités commerçantes de Barcelone, Tarragone et Tortosa à solliciter l'aide du roi d'Aragon Jacques Ier. En décembre 1228, il fut décidé qu'elles mettraient à disposition les vaisseaux nécessaires à une expédition, les chevaliers aragonais (les plus nombreux) et catalans devant recevoir en paiement de leurs services le butin et les territoires à conquérir sur l'ennemi.

L'expédition, comprenant 15 000 hommes et 1500 chevaux partît de Salou, a la Catalogne, débarqua à Santa Ponça et défît l'armée musulmane à la bataille de Portopí le 13 septembre 1229. En décembre, Palma fut prise et ses habitants passés au fil de l'épée. Le grand nombre de cadavres eut d'ailleurs pour conséquence de provoquer une épidémie qui décima l'armée des vainqueurs. En outre les disputes au sujet de la répartition du butin semèrent la zizanie dans les troupes des conquérants. Mais l'île fut soumise en quelques mois, seule une petite poche de résistance subsista jusqu'en 1232 dans la serra de Tramontana. La population musulmane s'était enfuie vers l'Afrique ou fut réduite en esclavage.

Dans son testament, Jacques Ier avait prévu de diviser ses domaines par la création du royaume de Majorque, vassal du royaume d'Aragon et comprenant les îles Baléares, le Roussillon, la Cerdagne, la seigneurie de Montpellier, la vicomté de Carladès et la baronie d'Omelas. A sa mort, son fils Jacques prit le nom de Jacques II de Majorque et assuma le pouvoir dans le cadre d'une charte dite Carta de les Franqueses.

L'existence de ce royaume fut de courte durée, car les souverains d’Aragon parvinrent à en reprendre possession en 1349 : la mort de Jacques III de Majorque à la bataille de Llucmajor contre son cousin Pierre IV d'Aragon, marque la fin du royaume. Cependant, et jusqu’à sa mort en 1404 sa fille Isabelle réfugiée en France au château de Gallargues, près de Montpellier, qui lui avait été cédé par le roi Charles VI, continua à revendiquer le titre de reine de Majorque. Majorque partagea ensuite le sort du royaume d’Aragon, intégré plus tard dans le royaume d’Espagne.

_________________
Enluminure pour illuminée
Revenir en haut Aller en bas
http://www.motsprecieux.fr/
 
La conquête de Majorque par Jaume Ier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA PASSION DU MOYEN AGE :: HISTOIRE DU MOYEN AGE :: HISTOIRE REGIONALE :: EUROPE-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser